AYAHUASCA: A LA RECHERCHE D'UNE EPIPHANIE PSYCHEDELIQUE LEGALE

Ces derniers mois, deux personnes de deux pays européens différents m’ont dit qu’elles ont pris de l’ayahuasca. Les deux individus m’ont décrit un voyage psychédélique au cours duquel ils avaient de vives hallucinations qui les ont transportés dans d’impossibles mondes fantastiques. Mais ils ont aussi expérimentés la peur et ont été confronté à des questions d’ordre psychologique non résolues. En dépit des effets intenses, ces deux personnes m’ont dit que, de manière générale, c’était une expérience positive pour mieux se comprendre eux-mêmes : elles renouvelleront l’expérience.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’ayahuasca, c’est un échantillon de plusieurs plantes hallucinogènes,  considéré comme sacrées, utilisé depuis des temps immémoriaux par les peuples indigènes d’Amazonie. Le premier contact des Européens avec l’ayahuasca s’est passé quelque part en Amazonie au 16eme siècle et beaucoup de choses ont changé depuis. Vivant dans une société de moins en moins religieuse et matérialiste, beaucoup d’Européens qui désiraient vivement des expériences spirituelles ont recherché « leur salut » dans des expériences psychédéliques.

De toute façon, les Européens ont toujours utilise la drogue pour « planer » : les chamans d’Europe du Nord utilisaient l’amanita muscaria (l’amanite tue-mouches) pour aller dans le monde des esprits. Europe du Sud, les Grecs Ancients et les Romains étaient ivres morts tout en célébrant le mystère de la Vie dans les rituels des dieux Dynysos et Bacchus. Mais même si le Christ a changé l’eau en vin, la christianisation de l’Europe a mis fin à l’usage religieux des drogues sur le continent.

Mais si nous en revenons à l’ayahuasca, ce n’est pas la première fois dans l’histoire récente de l’Europe que les Européens sont séduits par des substances psychoactives étrangères. Au 19ème siècle; des auteurs Français comme Baudelaire ont expérimenté le haschich et pendant un moment Sigmund Freud a été fasciné par la cocaïne.

C’est grâce au LSD que dans les années 1960, les expériences psychédéliques font partie de la culture populaire. L’Acide Lysergique Diéthylamide a été synthétisé par accident en 1938 et a été utilisé dans un contexte psychiatrique pendant les années 40 et 50. Mais c’est dans les années 60, au moment de l’ère hippie que le psychiatre-devenu-nouveau-chamane Timothy Leary - très affecté par les effets causés par la consommation de LSD – a décide d’engager une croisade psychédélique de la transformation spirituelle en faisant planer tous les Etats-Unis. A la fin des années 60, le mouvement hippie a perdu de sa force et avec l’introduction de la cocaïne, les personnes psychédéliques n’étaient plus à la mode et sont devenues marginalisées.

Dans le même temps, les hallucinogènes sont encore légalement utilisés dans un contexte religieux, comme l’usage du peyote par l’Eglise amérindienne  aux Etats-Unis ou la religion santo-daime au Brésil. Ces deux mouvements religieux sont syncrétiques, incorporant le Christianisme et la mythologie et des systèmes traditionnels de croyance  et l’usage des drogues pour atteindre l’extase spirituelle. L’Eglise amérindienne a été officiellement enregistre en 1918 et la religion santo-daime a commencé seulement deux ans après, mais les deux organisations ont réussi à garder l’usage religieux de leur plante sacrée, et ce, reconnu et toléré par l’Etat.

C’était juste une question de temps pour que la curiosité  - une émotion humaine dangereuse – commence à s’immiscer dans les cérémonies de ces religions. A la fin des années 1990, l’ayahuasca a fait son chemin en Europe.  En 2001, aux Pays-Bas, une Eglise affiliée a l’Eglise santo-diame a gagné un procès l’autorisant a utilisé l’ayahuasca dans ses rituels. Mais comme de plus en plus de personnes voyagent en Amérique du Sud pour expérimenter la drogue, peu après, des retraites spirituelles non affiliées ont commencé à apparaitre en Europe. En 2005, il suffisait juste de taper dans Google « rituel ayahuasca » et le nom de son pays pour trouver un endroit pour expérimenter cela.

Il y a moins de trois ans est apparu un article dans le journal britannique The Guardian, qui a passé en revue une retraite de « détoxification » avec l’ayahuasca   ou en payant 550 livres sterling (soit environ 700 euros) vous pouvez expérimenter comment “the lights on the ceiling become goats' eyes” (littéralement « les lumières du plafond deviennent des yeux de chèvre »). Un mois après seulement, le même journal a relaté comment un chaman britannique a été emprisonné 15 mois pour avoir fait une cérémonie dans le comté du Somerset, en Grande-Bretagne. Aujourd’hui l’ayahuasca est devenu si populaire que des personnes ayant des chemins de vie différents se sont considérées comme des chamans ayant leur propre style pendant qu’ils planaient  dans une retraite spirituelle en Europe. D’autres ont voyagé jusqu’au Pérou pour apprécier  l’industrie du tourisme de l’ayahuasca, parfois dangereuse: des viols, des morts et des épisodes psychotiques ont été rapportés. 

Dans le même temps, la DMT ou la diméthyltryptamine, le composant psychoactif de l’ayahuasca et d’autres hallucinogènes comme les champignons magiques, ont été classés en catégorie A par les autorités britanniques : leur possession entraine de graves pénalités. De mon point de vue, c’est là où est le danger: de plus en plus de personnes sont séduites par le désir d’expérimenter ou de changer leurs vies  en engageant une expérience spirituelle avec l’ayahuasca et avec des preuves historiques qu’aucune loi ne va changer cela. La prohibition va seulement rendre la pratique de l’ayahuasca encore plus souterraine. Prendre de l’ayahuasca est une intense expérience psychoactive, mais comme toute drogue cela doit être respecté. Avant d’essayer, on doit faire un bilan médical ou consulter un spécialiste car personne ne réagit a cette drogue de la même façon. Ceux qui ont des problèmes physiques ou mentaux latents peuvent devenir dangereux. Mes deux collègues que j’évoquais au début    ont eu les effets hallucinogènes de l’ayahuasca encore 5 jours après avoir pris la substance.  L’ayahuasca est une drogue très puissante qui doit être traité avec respect. Des preuves ont montré  que cette drogue devient de plus en plus populaire en Occident et c’est pour cela qu’un débat honnête doit être mené à propos de son statut légal.