Ces plantes qui tuent

Deux jeunes hommes espagnols âgés de 18 ans sont décédés dans des circonstances étranges, après des délires dans un village non loin de Madrid. Apparemment, ils ont consommé de fortes doses de stramonium, une plante hallucinogène normalement utilisée pour des rituels chamaniques et autres célébrations ésotériques. Cependant, il n'y a aucune raison de croire que derrière ces décès se cachent un culte ou même toute tentative d'essayer quelque chose de surnaturel. Plus d'informations, d’après les témoins qui ont vu au contraire le dealer offrant la substance en faisant sa promotion semblable à celle des champignons.

Sans résultats clairs de l'autopsie et de la toxicologie, le juge en charge de l’affaire, rejette l’idée du surdosage comme principale raison des décès. Selon le juge, les faits s’expliquent par la longue marche que les deux hommes ont effectué sous les effets de la substance en une journée chaude où la température a atteint 40 degrés. Apparemment, comme plusieurs témoins l’ont confirmé, ils ont marché pendant plus de 10 heures totalement désorientés et incapables de boire de l'eau.

Selon les sources policières citées par le journal espagnol El Pais, la substance a été introduite comme quelque chose de nouveau et gratuite sous forme liquide. Malheureusement, personne n'était au courant de l'augmentation du risque de délires chez les utilisateurs, d’hospitalisation et même de décès lorsque la plante est prise à des fins récréatives.

Les décès sont traités comme des homicides mais la mère de l'une des victimes a fermement exigé que la justice reconnaisse l'empoisonnement de son enfant.

C’est encourager la personne qui a donné la substance puisqu’elle n’a pas été reconnue comme un criminel et ne se souciait pas des conséquences graves sur la vie d'autres personnes. Juste un simple clic sur Wikipédia dira à toute personne intéressée que les plantes Datura, famille à laquelle appartient la stramonium, sont hautement toxiques et potentiellement mortelles. 

Cité dans le Diario de Badajoz, un journal régional, cette plante, loin d'être considérée comme une drogue très dangereuse, est semblable à des champignons classés comme toxiques. En d'autres termes, les personnes ignorantes sur les méfaits peuvent mourir suite à la consommation de ces plantes.

Donc, si les hommes ont su recueillir la plante et ont su préparer la potion, on peut supposer qu'ils étaient conscients des conséquences, à moins bien sûr qu'ils pensaient pouvoir faire leur propre version de Enseignements de D.Juan dans lequel le protagoniste, après avoir été presque mort, est ramené à la vie par le chaman. Parce que ce livre est à moitié fiction, à moitié anthropologie, il nécessite une connaissance approfondie du sujet pour comprendre et différencier les faits de fiction. On ne peut que penser que d'un mélange d'ignorance et d’audace stupide, deux décès tragiques se sont produits. 

L'endroit où la rave party a eu lieu est une vieille maison appelée "El Monasterio" (Le Monastère) pour sa ressemblance avec ces édifices religieux et l'existence d'un autel et d’une croix. Les personnes présentes à la rave party ont déclaré qu'elles avaient vu les deux hommes boire et prendre de la drogue, mais le plus effrayant et inquiétant, est que l'un des cadavres était tellement violet en raison de l’ivresse que le cercueil a dû rester fermé jusqu’à l'enterrement, a dit l’une des mères.

Le delirium, la tachycardie et l'hyperthermie sont les symptômes les plus courants de l'intoxication à la stramonium.

Les autorités espagnoles à l'heure actuelle lancent une campagne de sensibilisation sur les dangers de cette substance toxique, mais deux questions restent en suspens. Tout d'abord, comment les hommes ont perçu les effets de ces plantes quand ils étaient dans la nature et sur une si longue période ? Et quels sont les effets délirants ?

Les personnes veulent, à un prix raisonnable, ignorer les conséquences de leurs actes. 

La solution au problème ne viendra que de l'éducation combinée à la connaissance de la substance et de ses effets expliqués par des personnes compétentes comme les herboristes ou les experts en drogue.