Des vendeurs de drogue sur Internet exploitant la Poste américaine

Origine: Wikimedia

Aux États-Unis, des vendeurs de drogue opérant leur commerce sur Internet font usage des services de Poste américaine de manière anonyme afin de livrer leur marchandise à leurs clients. Le droit au respect de la vie privée, ayant valeur constitutionnelle, fait cependant obstacle aux juridictions qui essayent de les en empêcher. 

Une des caractéristiques majeures de l’achat de drogues via Darknet, réunion de marchés anonymes en ligne auxquels l’accès est permis grâce à des logiciels d’encodage, est la possibilité pour le consommateur de recevoir la drogue qu’il a commandée directement à l’endroit de son choix. L’acheteur fournit son adresse encodée au vendeur qui par la suite envoie la marchandise, celle-ci étant camouflée derrière l’apparence de biens ordinaires, par les voies postales usuelles. Bien que les entreprises privées telles que FedEx et UPS soient utilisées par certains vendeurs de drogue, un des services les plus populaires parmi les petits trafiquants de stupéfiants reste le service postal américain USPS (United States Postal Service).

L'USPS est un service de nature gouvernementale qui, par conséquent, est le seul service postal américain qui doit se plier aux exigences du Quatrième Amendement de la Constitution des  États-Unis d'Amérique, le droit au respect de la vie privée. Contrairement aux services de Poste privés, les colis de première classe expédiés via l'USPS ne peuvent être ouverts ou fouillés en l'absence d'un mandat émis par la cour fédérale compétente. Dans le cas où l'USPS pense un colis d'être de nature suspecte, en raison de son apparence ou de son odeur, une enquête criminelle doit tout d'abord être ouverte par le service des inspections postales  (Postal Inspection Service ou PIS) sur la base de preuves fournies.

Ces dites opérations de surveillance se limitent cependant à des procédures de "mail covers" qui consistent à photographier et archiver les informations se trouvant sur les faces extérieures du colis (noms et adresses, de l'expéditeur et du destinataire) dans une base de données à laquelle il sera plus tard permis d'accéder si production d'un mandat il y a.

Ces vendeurs de drogue sur Internet sont au courant des mesures mises en place par l'USPS afin de protéger la vie privée de ses utilisateurs. Ils ont ainsi développé des techniques pour camoufler les substances illégales dont ils font le commerce afin qu'aucun contrôle externe du colis ne puisse déceler leur supercherie. La réputation des vendeurs dépendant des revues données et classements établis par leurs clients, ils se doivent d'assurer une discrétion optimale au cours de la livraison en cachant la drogue afin d'écarter tout soupçon de la police.

Il est en effet dans l'intérêt du consommateur de se fournir auprès d'un vendeur qui sait camoufler la drogue de manière experte, ce qui lui fournit la garantie d'une livraison réussie de sa commande. Les vendeurs les plus malins utilisent des sacs étanches mis sous vide afin de faire disparaître les odeurs, ils dissimulent la drogue dans des objets d'apparence inoffensive tels que des cartes d'anniversaire ou encore des DVD afin que les facteurs ne puissent rien détecter. En plus de ces techniques, les meilleurs vendeurs inventent des entreprises et adresses fictives dans le but de contrer le moindre effort fourni au cours d'une enquête policière.

Paul Krenn, inspecteur adjoint au sein du Service d'Inspection Postal (PIS), confirme que de larges quantités de drogue sont envoyées grâce aux services de Poste de l'USPS. Il a notamment déclaré qu'en 2013 environ 13 000 colis, qui avait fait l'objet de transfert de drogue, avaient été saisis, soit une augmentation de 18% par rapport à l'année précédente. Au sein de ces colis saisis se trouvaient plus de 20 000 kg (45 000 livres) de cannabis. Il est probable que ces chiffres continuent à augmenter dans les années à venir, les services d'investigation de l'USPS étant actuellement en sous-effectif et en manque de matériel, pourtant nécessaire au contrôle extensif des quelque 155 milliards de colis et lettres passant par leurs services chaque année, en raison des réductions budgétaires auxquelles l'USPS a récemment été sujet.

Il ne semble pas non plus possible de pouvoir compter sur une réforme législative pour permettre aux autorités de procéder à la fouille de ces colis puisque de telles mesures entraîneraient une violation du droit constitutionnel au respect de la vie privée de chacun. Alors que des employés d'USPS avaient traqué un acheteur au cours d'une enquête unique grâce à l'analyse de l'historique de ses transactions postales, les marchés de drogue sur Internet présentent  des défis sans précédent aux techniques traditionnelles de répression de trafic de drogue.