La culture de la coca en Colombie atteint des records

Source: UNODC

La production de la cocaïne en Colombie a atteint un niveau historique : premier producteur mondial de cocaïne.

Malgré des décennies de campagnes militarisé. La cultivation de coca ainsi que la production ne cessent pas de se développer.  Selon un document publié (en espagnol) le 19 septembre par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), la cultivation de la cocaïne a progressé d’environ 30% entre 2016 et 2017; d’environ 1,100 tonne à plus de 1,400 tonne. La surface utilisée pour la coca a été aussi considérablement augmentée; la plantation de cocas était estimée d’être cultivé sur environ 170,000 hectares en 2017 - contre 150,000 en 2016, voire bien plus. Contre 50,000 hectares estimé en 2013.

Depuis 2013, la Colombie a été le premier producteur mondial de cocaïne - ayant ainsi devancé Peru, La Colombie retrouve ensuite sa première place devant sa voisine Bolivie.

InsightCrime attribue cette croissance à l'absence d'autres possibilités des colombiens ruraux, ainsi que les techniques agricoles améliorées :

“des groupes illégaux ne cessent pas de presser les agriculteurs à augmenter la récolte dans certaines régions, tandis que d’autres agriculteurs les faites faute d’autres possibilités, ainsi que leurs espoirs qu’ils peuvent finalement toucher des prestations gouvernementales par suite … Les producteurs de cocaïne ont aussi trouvé des façons nouvelles et novatrices pour traiter la drogue, augmenter le rendement en drogue par hectare.”

L’approche colombienne en matière de politique est devenue de plus en plus militarisé depuis 2000, alors que le gouvernement a signé un contrat avec l’administration américaine de Clinton pour supprimer les groupes de trafiquants de drogue et les groupes rebelles de la gauche. Ça a eu pour effet une guerre anti-drogue à la fois politisé et controversé qui a alimenté la violence, atteintes aux droits humains, et l'instabilité gouvernementale.

L’élection présidentielle qui a eu lieu plus tôt cet été avait annoncé une possibilité de changer la direction, par un principal candidat - Gustavo Petro - qui critique la militarisée guerre anti-drogue comme elle était un "échec", en proposant de radicaux politiques pour redistribuer la terre aux pauvres de sorte qu’ils peuvent obtenir des marchandises plus rentables. Gustavo Petro a éventuellement perdu l’élection face à son candidat de droite Iván Duque Márquez, qui vise à intensifier les campagnes de lutte contre les infractions liées à la drogue.

D’après le rapport de the Washington Post, l’élection de Président Duque est un bon augure pour l’administration des États-Unis, qui cherchent à revenir aux politiques répressives du Plan Colombie. L’an dernier, les États-Unis a commencé à faire pression sur Colombie pour reprendre les aspersions aériennes sur les récoltes de coca, même si les scientifiques ont indiqué que cette pratique est probablement "cancérigène pour l'homme".

Toutefois, comme TalkingDrugs avait décrite ci-dessus, Plusieurs rumeurs laissent entendre que Trumb, n’été pas stimulée par la culture de coca, mais bientôt par un désir de saper le processus de paix en cours entre le gouvernement colombien et les Forces armées colombiens révolutionnaires de la gauche (FARC).

Le président Duque doit encore publier n’importe quelles nouvelles politiques en matière de drogues mettant en œuvre par son administration.