La Trinité-et-Tobago décriminalisera le cannabis, considère la legislation

Alors que la réforme du cannabis balaie les Caraïbes, la Trinité-et-Tobago a annoncé l'organisation de consultations publiques sur le sujet, avant la décriminalisation de la drogue pour usage personnel en juin 2019.

À la fin de décembre, le Premier Ministre Keith Rowley a annoncé que le cannabis serait décriminalisé à travers les Caraïbes d’ici à la mi-2019, mais que le gouvernement n’avait pas l’intention de légaliser la drogue.

“Nous espérons que de mai à juin 2019, la décriminalisation a été réalisée”, a-t-il déclaré à la presse. “Il existe une grande différence entre la décriminalisation et la légalisation de la marijuana. Nous nous sommes engagés à la décriminalisation. Nous travaillons actuellement sur la méthode par laquelle et sur ce que cela représente en termes d’utilisation.”

Toutefois, une déclaration récente du procureur général a insinué que la légalisation peut effectivement être sur les cartes, les autorités consultant les acteurs publiques pour définir la forme plus appropriée de réforme du cannabis.

Le 11 janvier, le procureur général Faris Al-Rawi a annoncé que son bureau organiserait une série de consultations à venir avec des professionnels, des professionnels de la santé et des étudiants afin de déterminer comment mettre fin à la prohibition du cannabis dans le pays. S'adressant à la publication régionale Newsday, il a déclaré:

“Bien qu’il puisse y avoir des avantages pour la consommation de [cannabis] du point de vue médical et qu'il existe un certain degré de plaidoyer en faveur de la légalisation, nous pensons que nous devrions entendre les consultations des parties prenantes, à quoi ressemble le pour et le contre de la rétroaction des parties prenantes de la société et puis nous nous engageons dans une décision éclairée.”

Les discussions nationales sur la réforme du cannabis dans les Caraïbes ont été revigorées en août 2018, après la publication d'un rapport de l'influente Communauté des Caraïbes (CARICOM) - une organisation régionale composée de quinze États et dépendances. Le rapport a appelé à la fin de la “prohibition et des sanctions pénales draconiennes” pour la possession de cannabis, et a conseillé aux pays d’envisager à la fois la décriminalisation et la légalisation.

Trinité-et-Tobago

À Trinité-et-Tobago, la légalisation pure et simple a été entérinée par plusieurs groupes, notamment le All Mansion of Rastafari (AMOR), qui insistent sur le fait que la décriminalisation est insuffisante pour lutter contre les méfaits de la prohibition. Jesse Daniel, avocat et membre d'AMOR, a déclaré lors d'une conférence de presse en janvier qu'une légalisation complète - y compris une industrie du cannabis réglementée et une culture personnelle légalisée - permettrait de réduire la violence des gangs et la pression sur le système judiciaire, tout en améliorant l'économie agricole du pays.

Daniel a également dénoncé l'état pour continuer à criminaliser des personnes pour possession de cannabis pendant la période intérimaire actuelle.

“Ce qui se passe [...] quotidiennement, [c'est que] la police continue d'arrêter de nombreux adolescents pour de petites quantités de [cannabis]. C’est comme s’ils essayaient de dire: ‘Avant que la loi ne soit modifiée, déployons le plus grand réseau possible pour que nous puissions voir [combien] nous pouvons gagner’”, a-t-il déclaré.

La Trinité-et-Tobago suit de nombreux autres pays des Caraïbes dans la mise en œuvre ou la planification d'une réforme progressive du cannabis ces dernières années.

Antigua-et-Barbuda a décriminalisé la drogue en 2018, et a l'intention de réglementer sa production au cours des prochains mois. Avant l'adoption du projet de loi sur la décriminalisation dans ce pays, le Premier Ministre avait ordonné à la police de mettre fin à toutes les poursuites pour utilisation de cannabis à des fins personnelles, soulignant le caractère discriminatoire de la loi à l'égard de la communauté Rastafarienne en particulier.

La Jamaïque a décriminalisé la possession personelle et la cultivation de cannabis en 2015, Saint-Vincent-et-les Grenadines a annoncé son intention de créer une industrie légale du cannabis à des fins médicales, et le Premier Ministre de la Dominique a appelé à la dépénalisation de la possession personnelle.

Les consultations publiques à Trinité-et-Tobago devraient avoir lieu en janvier et en février, et será suivi par le gouvernement prenant une décision plus concrète sur le type de réforme qui sera mis en œuvre.