L'Afrique du Sud en passe de légaliser le cannabis médical

L'Afrique du Sud en passe de légaliser le cannabis médical

L'Afrique du Sud en passe de légaliser le cannabis médical (Source :Pixabay/Wikimedia)

L'Afrique du Sud pourrait autoriser l'usage du cannabis médical dès avril 2017.

La commission des finances du parlement sud-africain sur la santé a déclaré que le gouvernement modifiera la Loi de 1965 sur les médicaments et les substances affiliées. Sous la législation réformée, le cannabis (plus connu sous le nom « dagga » en Afrique du Sud) sera déclassé de la catégorie 7 à la catégorie 6 sur l'échelle de dangerosité des drogues, autorisant ainsi sa prescription. Selon le site News24, la révision de la loi devrait être rédigée en janvier 2017 et serait appliquée en avril 2017.

En 2014, le projet de loi Medical Innovation Bill (MIB, loi sur l'innovation médicale) du premier ministre Mario Oriani-Ambrosini est à l'origine de l'avancée vers la légalisation du cannabis médical en Afrique du Sud. Le projet de loi aurait pu légaliser et contrôler l'usage du cannabis médical, mais il n'a pas été suffisamment soutenu par les députés.

Quelques mois après l'échec du projet de loi, Oriani-Ambrosini s'est suicidé en raison des douleurs chroniques provoquées par son cancer du poumon en phase terminale. Dans ce projet de loi, il avait préconisé l'utilisation de l'huile de cannabis pour traiter les douleurs chroniques.

Durant les deux années qui ont suivi le décès d'Oriani-Ambrosini, le Conseil de contrôle médical d'Afrique du Sud a mené des recherches approfondies sur le cannabis médical. À partir des éléments prouvant son potentiel médical, le Parti Inkatha de la liberté (parti politique d'Oriani-Ambrosini) a soutenu la réintroduction du projet de loi au parlement.

Narend Singh, whip en chef du parti, a  déclaré qu'il envisagerait l'abandon du projet de loi si la révision de la loi de 1965 répondait à l'objectif du projet de loi de l'IFP : contrôler l'accès au cannabis médical de façon efficace.

Singh aborde la décision du gouvernement d'un optimisme prudent. « C'est un grand pas pour l'accès du public et la recherche publique concernant l'utilisation du cannabis médical »,a déclaré Singh. «Maintenant, le département doit s'assurer que l'accès au cannabis médical ne soit pas réservé aux riches ».

Un tel changement de loi serait un véritable choc pour de nombreux Sud-Africains. En effet, le cannabis est vu d'un mauvais œil et selon l'ONU, les autorités sud-africaines sont à l'origine de 42 % des saisies de cannabis totales en Afrique.

La nouvelle version de la loi de 1965 interdit toujours la consommation et la culture de cannabis à usage récréatif tandis que la culture du cannabis médical sera contrôlée par les autorités de contrôle des produits de santé  sud-africaines. L'organisme de réglementation sera créé par la nouvelle version de la loi de 1965 et sera capable de donner des licences aux cultivateurs.

Par ailleurs, le Conseil de recherche médical d'Afrique du Sud (SAMRC) a publié début 2016 les résultats des essais cliniques menés sur les patients traités à base d'huile de cannabis. On en déduit que le cannabis médical sera principalement préconisé aux patients souffrant des maux listés dans le rapport du SAMRC, tels que les glaucomes, les nausées et les douleurs chroniques.