Le Commerce de Méthamphétamine Domine le Plus Grand État du Myanmar

Les authorités de l’état de Shan on saisi 30 millions de comprimés de yaba et 1,75 tonnes de méthamphétamine pure en un seule saisie en 2018 (Source: Ministère de l’Intérieur, Myanmar)

Le commerce de drogue illégal dans l’est de l’état de Shan à Myanmar éclipse tout l’économie formelle.

La production et le commerce de méthamphétamine a atteint des niveaux record dans l’état de Shan ces dernières années, et le commerce plus large des drogues illicites domine maintenant l’état, a révélé un nouveau rapport de l’International Crisis Group (ICG).

L’état de Shan est localicé dans le Triangle D’Or en Asie du Sud-est, une zone trinationale qui a longtemps été l’une des principales régions productrices d’opium au monde. Ces dernières années, la production de méthamphétamine a explosé ici sous deux formes: cristal de méthamphétamine et la yaba (comprimés contenant à la fois de la méthamphétamine et de la caféine). Les chercheurs de l’ICG estiment que la valeur annuelle totale du commerce de la drogue dans la región dépasse $40 millards de dollars.

La production de méthamphétamine dans l’état de Shan repose sur la corruption généralisée à haut niveau, et les groupes criminels organisés bénéficient d’un accès facile aux précurseurs chimiques de la Chine voisine. De nombreux groupes militants locaux auraient été impliqués dans le commerce de la drogue ces dernières années en raison du manque de présence militaire ou policière; après des décennies de conflit ethnique, la majorité des autoriés nationales on retiré leurs forces de l’état de Shan en échange d’un cessez-le-feu, fournissant par inadvertence une couverture pour activités illégales.

La méthamphétamine produite dans l’état de Shan serait exportée clandestinement vers de nombreux grands marchés régionaux, notamment la Nouvelle-Zélande et l’Australie, ainsi que le Bangladesh et les Philippines – qui tous deux se livrent maintenant à une répression extrajudiciaire violente sur les personnes qui en font usage.

L’état de Shan se trouve sur le Triangle d’Or - où les frontières de la Thaïlande, du Laos et du Myanmar se rejoignent (Source: Wikimedia)

Sans surprise, l'industrie massive de l'état de Shan a également entraîné une normalisation accrue de l'utilisation de la méthamphétamine chez les habitants du Myanmar.

L’usage de yaba c’est maintenant fréquente parmi de larges sections de la société; “des agriculteurs d’opium dans l’état de Shan recevraient la moitié de leur salaire en pilules [yaba] [alors que] les mineurs de jade auraient reçu la drogue pour les aider travailler 20 heures par jour,” The Economist a récemment signalé. Malgré cette prévalence généralisée, la possession personnelle de la drogue reste criminalisée, et les autorités n'offrent pas de mesures efficaces de réduction des méfaits pour réduire les dommages liés à la méthamphétamine.

En juillet 2018, le président U Win Myint a annoncé la création d'un nouveau groupe de travail chargé de lutter contre ce commerce en plein essor, mais les observateurs ont averti qu'il pourrait en résulter une répression contre les consommateurs de drogues - plutôt que pour des trafiquants à grande échelle.

"Le diable est dans les détails et cela devra être clarifié, car s'il était utilisé de manière inappropriée pour harceler les consommateurs de drogues, cela semblerait contredire la politique nationale en matière de drogue, qui parle de détournement de traitement," le représentant régional du Bureau des Nations Unies contre la Drogue et le Crime, Jeremy Douglas, a déclaré à l'époque.

Le ICG a de même averti le gouvernement contre les efforts de répression centrés sur les consommateurs de méthamphétamine: “Le gouvernement devrait redoubler d'efforts pour lutter contre la drogue et la corruption, en se concentrant sur les principaux acteurs du trafic de drogue. L'éducation et la réduction des méfaites devraient remplacer les sanctions pénales applicables aux délinquants de faible niveau.”

Les rapports des représentants du gouvernement suggèrent que le pays fait l'inverse. Les autorités estiment que 70% des détenus actuels sont incarcérés pour des infractions liées à la drogue, mais peu de personnes ou de groupes de trafiquants importants font l'objet de poursuites.

Il semble que le commerce illicite de méthamphétamine continuera à se développer sans relâche si des efforts nationaux coordonnés ne sont déployés pour lutter contre la corruption profondément enracinée qui l’alimente.

Lisez le rapport complet du International Crisis Group ici: Fire and Ice: Conflict and Drugs in Myanmar’s Shan State