Le président uruguayen nominé pour le Prix Nobel de la Paix pour avoir légalisé le cannabis.

Le président de l'Uruguay a été nominé pour le Prix Nobel de la Paix de cette année. Selon ses partisans, José « Pepe » Mujica, celui qui a beaucoup fait parler de lui pour légalisation du cannabis, est « un outil pour la paix et la compréhension. »

Pour la deuxième année consécutive, le Drugs Peace Institute, qui a soutenu la dynamique de légalisation du cannabis de Mujica depuis 2012, insistant sur le fait que la consommation du cannabis devrait être protégé en tant que droit de l'homme, a appuyé sa candidature, avec des membres de partis politiques de gauche de Mujica, le Frente Amplio, le PlantaTuPlanta (collectif de producteurs uruguayens) et le Latin American Coalition of Cannabis Activists (CLAC).

Publié par RT.com le 07/02/2014

Malgré une avalanche de critiques mondiale, fin décembre l’Uruguay est devenu le premier pays au monde à légaliser complètement la production et la vente de cette populaire plante psychotrope. En vertu de la nouvelle loi, qui entrera en vigueur début avril, les Uruguayens auront plusieurs options pour s’en procurer.

Le Drugs Peace Institute déclare que la position de Mujica contre l'interdiction des substances psychotropes menée par l'ONU est le « symbole d'une main tendue, d'une nouvelle ère dans un monde divisé. »

« C'est une promesse pour combler le fossé entre l’attitude défiante des consommateurs de cannabis et la société de l'interdiction. Espérons que le début de l'acceptation de cette consommation par la société et le développement concomitant de la compréhension de son utilisation comme une médecine naturelle, historiquement utilisé pour la libération spirituelle, pourrait engager un processus de guérison dans un monde, très confus et profondément divisé, sur son héritage religieux, » a déclaré l'ONG néerlandaise sur son site Internet.

L'institut a souligné que, contrairement aux produits à base de coca qui renforcent l'ego et l'estime de soi, la marijuana a la « qualité particulière de diminuer l'ego du consommateur. » Il a souligné que jusqu'à présent un seul chef de gouvernement a réussi à contester la prohibition: « le plus pauvre président du monde » - Mujica - surnommé ainsi en raison de son style de vie modeste.

« Jose Mujica a déclaré avoir été une fois à la recherche d'un dieu, mais [ne pas avoir] encore trouvé. En légalisant le cannabis et en ouvrant les portes du bonheur spirituel aux jeunes, il pourrait ne pas avoir trouvé le dieu qu’ont d’autres nations ..., mais il a certainement suivi les pas de Jésus quand il a dit: « Laissez les enfants venir à moi. Ne les arrêtez pas! Le Royaume des cieux appartient à ceux qui sont comme eux, » a noté l'ONG.

« Je suis très reconnaissant envers ces personnes de m'honorer, » a répondu le président de l'Uruguay à La Havane, cité par le quotidien La Nación Argentine. « Nous ne proposons que le droit d'essayer un autre chemin parce que la voie de la répression ne fonctionne pas. Nous ne savons pas si nous allons réussir. Nous demandons de l'aide, de l'esprit scientifique et de comprendre qu'aucune dépendance est une bonne chose. Mais nos efforts vont au-delà du cannabis - nous visons le trafic de drogue », a déclaré l’ancien guérillero de 78 ans devenu président de l'Uruguay.

Le chef de l'État sud-américain a défendu le projet de loi controversé comme un moyen d'étouffer le commerce illicite de drogues en Uruguay, en notant que Washington et le Colorado ont légalisé le cannabis. Il a signé le projet de loi le 25 décembre. Le gouvernement uruguayen a jusqu'au 9 avril pour finaliser les règlements qui régiront la vente et la culture du cannabis.

Les amateurs de cannabis auront carte blanche pour cultiver du cannabis. Cependant, la loi interdit d'avoir plus de six pieds par personne. Il y aura un plafond sur le montant pouvant être acheté chaque mois, initialement fixée à 40 grammes. Les résidents âgés de plus de 18 ans devront s'inscrire dans une base de données nationale spéciale qui conserve la trace de la quantité de cannabis acheté au cours du mois passé. La loi va interdire aux étrangers d'en acheter, et dans une tentative visant à casser les prix du marché illégal de 1,40 $, le prix du marché pour la drogue sera fixé à un dollar le gramme.

Le mois dernier, la Fédération nationale de cannabis d'Uruguay a lancé des formations spéciales sur la culture de la plante. Les formations sont également mises en avant comme l'une des mesures prises par les autorités pour contrôler le trafic et la consommation de cannabis.

La communauté internationale a fustigé le leader de l'Uruguay, avec le chef de l’International Narcotics Control Board (NDT Conseil international de contrôle des stupéfiants) de l'ONU, Raymond Yans, déclarant que l'Uruguay a « sciemment décidé de rompre le traité universellement accepté et approuvé au niveau international. » M. Yans a déclaré que les arguments prétendant que cette loi permettrait de réduire la criminalité étaient fondés sur « des hypothèses plutôt précaires et sans fondement. »

Le président de l'Uruguay est arrivé dans les 10 finalistes pour le prix l'année dernière. Cependant, en 2013, le Prix Nobel de la paix a été décerné à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.
Mujica est président de l'Uruguay depuis 2010. Il a été membre d'un groupe politique armé inspiré par la révolution cubaine, les Tupamaros, dans les années 1960 et 70. Après le coup d'État militaire en 1973, pendant la dictature, il a passé 14 ans en prison. Dont plus de 2 ans de confinement au fond d'un puits.

Lorsque la démocratie a été rétablie en 1985, Mujica a été libéré en vertu d'une loi d'amnistie. Il a été ministre de l'Élevage, de l'Agriculture et de la Pêche de 2005 à 2008 et sénateur par la suite. Quand il est devenu président, il s'est engagé à donner 90 pour cent de son salaire mensuel aux organismes de bienfaisance aidant les populations pauvres et les petits entrepreneurs. À la grande surprise de tous, le leader sans prétention a également évité le faste de la résidence présidentielle au profit de son humble ferme.