La Bolivie se retire de la convention de 1961

Le parlement Bolivien  a approuvé le projet de loi du président Evo morales qui prévoit le retrait de la Bolivie de la convention internationale unique sur les stupéfiants de 1961 et ceci à partir de 2012.

Pour appuyer leur demande le gouvernement cite l’article 384 de la constitution bolivienne laquelle oblige l’état à protéger l’usage de la feuille de coca comme faisant partie d’un héritage culturel et ancestral de la Bolivie. Et rejette l’idée qu’elle puisse être considérée dans son état naturel comme une drogue.

« Cette requête est importante pour notre peuple afin qu’il puisse continuer à pratiquer leur culture » a déclaré David Choquehuanca ministre des affaires étrangères.

La Bolivie depuis 2009 a constamment appelé à un changement de la convention de 1961. Cette année c’est le commencement du processus d’amendement à l’article 46 lequel interdit l’usage de la feuille de coca. Cette proposition d’amendement a été formellement opposée par 17 autres signataires à la convention notamment les USA, France, Royaume-Uni, Japon et la Russie.

Bien que la majorité des gouvernements de l’ouest n’ait longtemps pas eu de difficulté à considérer la pratique traditionnelle des autochtones comme criminelle, les autres gouvernements n’ont pas été d’un grand soutien. Toutefois le gouvernement chinois a comparé l’interdiction de la mastication de la feuille de coca à une interdiction de consommer le thé en Chine.

La protection de la mastication de la feuille de coca qui est une tradition millénaire en Bolivie a longtemps été la priorité d’Evo Morales et  il soutient les producteurs contre la politique américaine d’éradication de la feuille de coca. Bien que la convention des NU traite la feuille de coca et la cocaïne de la même manière ; la Bolivie rejette cette classification.

La communauté des Andes consomme la feuille de coca à des fins personnelles, et pour des raisons de santé,  de médecines traditionnelles pour des problèmes respiratoires, gastro-intestinales, et alimentaires.

Le retrait de la Bolivie à la convention a pris effet depuis janvier 2012 cependant la Bolivie a déclaré qu’elle continuera à se conformer aux termes de la convention en matière de  lutte contre la drogue et le trafic de drogue.

Le gouvernement bolivien a publié une déclaration pour soutenir le développement d’un marché de produits à base de feuille de coca incluant notamment des produits pharmaceutiques, de thé et d’autres produits à base de feuille de coca.