Les salles de consommation, une approche de la consommation de drogue basée sur l’individu

Traduction

Récemment, Copenhague est devenue la dernière ville en date à reconnaitre un besoin drastique de faire face aux questions de drogue et de tester une nouvelle approche: la mise en place de salles de consommation de drogue à moindre risque. Pour rappel, ces salles de consommation sont essentiellement des “pièces sécurisées” ou les consommateurs de drogue sont capables de venir sans avoir peur d’être arrêté pour possession de drogue. Ces salles contiennent des emplacements individuels ou les consommateurs de drogue peuvent s’injecter leurs propres drogues, et les salles de consommation fournissent un matériel stérile comme les aiguilles et les seringues.

Le programme engage par Copenhague a débuté un an auparavant après plus d’une décennie de lobbying pour que ce projet voit le jour. La salle de consommation a été construite la ou se concentrent  les vendeurs et les lieux de consommation situes dans les rues; les policiers trouvent que les rues sont plus sures grâce a cela : moins de déchets comme les aiguilles usages et le nombre de bagarres opposants des consommateurs de drogue a diminue. Ces salles de consommations se sont révélées très efficaces concernant les problèmes d’usage poses aux consommateurs des drogues. Chaque usage reste accompagne par des infirmières et des médecins qui ont reçu une formation spécifique concernant les overdoses, ce qui a permis qu’il n’y ait pas de mort a la salle de consommation de Copenhague.

De plus, si les salles de consommation permettent de protéger la sante des usagers des drogues, leur principal avantage est de permettre aux usagers de bénéficier d’une assistance et d’une attention personnelle dont ils risqueraient de ne pas bénéficier sinon. Les condamnations et la prison ne vont pas aider les usagers des drogues de surmonter leurs dépendances; les consommateurs de drogue doivent être engage dans un dialogue constructif. Ce dialogue, qui est favorise entre les usagers et les professionnels médicaux, est une étape essentielle afin d’aider les usagers à lutter contre la dépendance. Grace a ces salles, les groups marginalises qui auparavant étaient difficiles d’atteinte voire même impossible a approcher sont maintenant accessibles.

L’impact des salles de consommation est personnel a chaque usager: une jeune femme de Copenhague qui a consomme de la drogue pendant près de 10 ans a relate combien elle sent maintenant en sécurité avec les salles de consommation compare a la honte et la vulnérabilité qu’elle éprouvait  dans la rue. D’autres habitants de Copenhague pensent que les salles de consommation ont aide la communauté; des vies ont été sauvées grâce a l’aide médicale immédiate apportée .

Copenhague est la plus récente d’une liste croissante de villes qui attestent de l’efficacité des salles de consommation  - rien qu’en Europe il y a près de 90 salles de consommation, avec plusieurs tentatives d’essais en Grande-Bretagne. A l’aune des success stories comme Copenhague, un nombre croissant de politiciens britanniques soutiennent les salles de consommation. Le chef de Police du Comté de Durham Ron Hogg a récemment appelé a une reforme des politiques en matière de drogue qui inclut la mise en place de salles de consommation; son idée va plus loin que la politique a Copenhague car elle propose de donner de la drogue aux consommateurs pour qu’ils reçoivent des substances de meilleure qualité. Brighton va être la prochaine ville du Royaume-Uni  à considérer cette politique avec une discussion dès début 2014.

Pour réussir une réforme des politiques en matière de drogue, la manière dont le public regarde les consommateurs de drogue doit être modifiée.  Les salles de consommation sont focalisées sur l’individu pour faire face aux questions liées à la drogue ; leur but n’est pas seulement de mettre les gens en prison et isolés du reste de la société après être condamnés, mais au contraire, de s’occuper des membres de la société qui ont été marginalisés et qui ont besoin d’assistance. Dans les situations ou les personnes sont réduites aux problèmes auxquelles elles font face, les salles de consommation restaurent de l’humanité. Concernant les politiques en matière de drogue, les gouvernements doivent reconnaître que les méthodes traditionnelles sont inefficaces, à la fois concernant la guerre aux drogues et l’aide aux individus dépendants. Les success stories comme Copenhague doivent être étudiées et prises en considérations pour des décisions futures, en espérant avoir davantage une approche humaine et effective.