L’Organisation Mondiale de la Santé: Reconnaît l’Usage Médical du Cannabis

Statut juridique national de l'usage du cannabis à des fins médicales dans le monde (Source: DrugScience)

Alors que de plus en plus de pays reconnaissent les avantages médicaux du cannabis, l'agence leader des Nations Unies pour la santé publique internationale a demandé la reclassification de la drogue.

Dans une lettre publique, directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a proposé de retirer le cannabis du Chapitre IV de la Convention Unique sur les Stupéfiants. Les drogues du Chapitre IV - y compris le cannabis, l'héroïne et le carfentanil - sont considérées comme les substances les plus dangereuses. Selon l'OMS, le cannabis devrait plutôt être reclassé dans le Chapitre I – “car il est prouvé que certaines préparations à base de cannabis ont un usage médical”.

Bien que cette évolution soit une proposition et non un changement immédiat du droit international, elle représente une étape importante pour les défenseurs du cannabis médical.

Pour que la recommandation de l'OMS et la Convention unique sur les stupéfiants soient modifiées, au moins la moitié des 53 pays membres de la Commission des Stupéfiants (CND) doivent ratifier les modifications proposées. Plusieurs de ces pays interdisent actuellement l’utilisation du cannabis médical sous quelque forme que ce soit.

Si elles sont adoptées, les recommandations de l’OMS pourraient influencer les leaders politiques des pays membres de l’ONU à reconnaître les avantages médicaux de la drogue.

Le vétéran de l'Armée de l'Air américaine et défenseur de la réforme, Michael Krawitz, a approuvé l'annonce:

"Le placement du cannabis dans le traité de 1961, en l'absence de preuves scientifiques, était une terrible injustice. Aujourd'hui, l'Organisation Mondiale de la Santé a parcouru un long chemin pour clarifier les choses. Le moment est venu pour nous tous de soutenir les recommandations [de l'OMS] et d’assurer que la politique ne triomphe pas de la science. "

L'annonce a également été saluée par des personnes travaillant dans l'industrie du cannabis. Manu Caddie, directeur général de Hikurangi Cannabis Company, une société basée à Aotearoa (Nouvelle-Zélande), a déclaré:

"Il est agréable de voir que l'OMS examine les preuves relatives au cannabis et reconnaît qu'il n'aurait jamais dû être classé dans la même catégorie que l'héroïne, la cocaïne et les méthamphétamines. Malheureusement, la classification du cannabis dans la Convention des Nations Unies de 1961 a fait de l’interdiction la politique par défaut dans la plupart des pays et certains résisteront au changement pendant ce temps, l'échec de la guerre contre la drogue s'est prouvé être la cause réelle des dommages."

Décider comment réagir à l'annonce de l'OMS variera sans doute considérablement d'un pays à l'autre, puisque de nombreux gouvernements nationaux – y compris les États-Unis – continuent de s'opposer à la reconnaissance des avantages médicaux de la drogue.

Approuvée ou non, la recommandation de l'OMS de reclassifier le cannabis à des fins médicales aura sans aucun doute un impact significatif sur les débats de politique intérieure dans les années à venir.