« Le Mexique pourrait légaliser la marijuana » a déclaré l’ambassadeur aux Nations Unies

L’ambassadeur mexicain aux Nations Unies a laissé entendre que la légalisation du cannabis pourrait être étudiée dans un futur assez proche par son pays.

Dans  l'Excélsior, journal mexicain, l’ambassadeur Jorge Montaño déclare «Ce que nous envisageons (aux Nations Unies) … c'est une réglementation de l’usage récréatif de la marijuana.»

Montaño déclare que ce problème sera débattu au plus tôt lors de la session extraordinaire en 2016 de l’Assemblée Générale des Nations Unies sur les drogues, que les gouvernements mexicains et guatémaltèques ont réussi à imposer en 2012.

Selon l'ambassadeur, la décision de plusieurs états américains de légaliser la marijuana est la raison première pour laquelle le Mexique envisage cette mesure, il souligne également que l'étude de cette réglementation nécessite une coopération entre les pays. «C’est primordial pour le Mexique de prendre les mesures appropriées face à des décisions de cette nature, les États-Unis sont nos voisins, nous avons plus de 3 000 km de frontières communes.»

Conformément à la déclaration de Montaño, le président Peña Nieto a déjà exprimé son soutien au débat sur cette question malgré quelques doutes concernant la légalisation du cannabis. Les législateurs affirment que le Mexique ne peut pas rester indéfiniment en décalage avec la loi américaine, les États-Unis étant le principal acheteur de drogues illicites mexicaines.

Dans une interview donnée  au journal espagnol El Pais, en 2014, Peña Nieto a déclaré que la légalisation du cannabis était « un phénomène grandissant » et que les politiques infructueuses suivies ces quatre dernières décennies avaient uniquement encouragé une augmentation de la consommation et de la production des drogues.

En 2009, le Mexique a dépénalisé la possession de drogues inférieure à 5 g de marijuana, 500 mg de cocaïne et la possession d’une petite quantité d’héroïne ou de méthamphétamines. Cependant les défenseurs de la réforme disent que cette mesure a très peu contribué, voire pas du tout, à la réduction du nombre de personnes arrêtées pour consommation de drogue, et n’a rien fait pour réduire le taux de criminalité dans le pays.