Oui aux mesures pour le cannabis.

La décision prise par les électeurs de Californie en 1996 de légaliser le cannabis thérapeutique a produit une vague d'initiatives similaires à travers le pays. Moins de deux décennies plus tard, plus de la moitié des États permettent au moins l'usage médical limité. Maintenant, il semble que l'utilisation récréative de la drogue puisse suivre le même chemin.

En 2012, l'État de Washington et du Colorado ont légalisé le cannabis récréatif. En novembre, les électeurs de l'Alaska, de l'Oregon et du District de Columbia décideront de faire la même chose - sans tenir compte de l'interdiction fédérale mal avisée d’une drogue qui est beaucoup moins dangereuse que l'alcool. Des décennies d'arrestations de personnes pour l'achat, la vente et la consommation de cannabis ont fait plus de mal que de bien à la société, et les minorités ont été touchées de manière disproportionnée par les sanctions pénales sévères de la prohibition.

Puisque l'Alaska, l'Oregon et le District de Columbia permettent déjà le cannabis thérapeutique, passer à l'étape suivante relève du bon sens. Il ya quelques différences dans leurs initiatives respectives, mais elles sont toutes dignes d’être votées.

ALASKA : la Mesure #2 rendrait la consommation et l'achat de cannabis légal pour les personnes âgées de 21 ans et plus, permettrait de créer une commission de contrôle du cannabis et d’une taxe sur le produit de 50 $ par once (environ 28g) sur la vente en gros. Il est déjà légal en Alaska de posséder de petites quantités de cannabis à la maison, et les études indiquent que 18 % des habitants de l'Alaska fume du cannabis. L’initiative 2 signifierait que les habitants de l'Alaska pourraient se fournir dans un magasin au lieu de recourir au marché noir.

OREGON : la Mesure #91 devrait également fixer un âge minimum de 21 ans. Il donnerait à la Commission de contrôle de l’alcool de l’Oregon le pouvoir de réglementer le cannabis comme il le fait avec l'alcool, et lui permettrait de revoir régulièrement le taux des taxes. La taxe - initialement fixé à 35 dollars l'once pour les fleurs et 10 $ l'once pour les feuilles - devrait permettre des prix suffisamment bas pour concurrencer les dealers de rue. Comme il est déjà extrêmement facile pour les adultes dans l'Oregon d’obtenir des cartes pour le cannabis thérapeutique (près de 65 000 habitants de l'Oregon ont une), la légalisation récréative ne sera pas un grand changement. Comme l’explique l’éditorial de The Oregonian en août, la mesure devrait « mériter d'être soutenue rien que pour des raisons d'honnêteté et de commodité. »

DISTRICT DE COLUMBIA : la Mesure #71 abrogerait toutes les sanctions pénales et civiles pour possession personnelle de cannabis et permettrait la culture limitée et privée de la drogue. Les personnes de 21 ans et plus pourraient cultiver jusqu'à six plantes à la maison et donner jusqu'à une once de leur récolte. Parce que la loi sur l'autonomie interne du District de Columbia ne permet pas d’imposer une taxe par référendum, la mesure #71 ne mettrait pas en place un mécanisme de régulation de la vente au détail de la drogue.

Les opposants à la légalisation mettent en garde ces États de se lancer dans une expérience risquée. Mais le ciel au-dessus du Colorado ne s’est pas effondré, et la prohibition s'est avérée être un échec complet. Il est temps de mettre le marché du cannabis sur la place publique et de mettre fin à l'injustice des arrestations et des condamnations qui ont dévasté des communautés.

Une réglementation judicieuse de la drogue pourrait très bien rendre la consommation plus sûre, et une fiscalité appropriée pourrait apporter de nouveaux revenus aux États. Cette année, de janvier à juin, le Colorado a recueilli $ 18,9 millions.

Idéalement, le gouvernement fédéral devrait abroger l'interdiction du cannabis, pour que les États puissent établir leurs propres politiques sans se soucier de la possibilité d'une répression contre les citoyens en violation du droit fédéral. Même si la majorité des Américains sont en faveur de la légalisation, le Congrès ne montre aucun signe de sédition. Il est donc préférable pour les États de prendre les devants plutôt que d'attendre une épiphanie sur Capitol Hill qui pourrait ne jamais venir.