Quelle est la position des candidats à l'élection présidentielle française concernant le cannabis?

Quelle est la position des candidats à l'élection présidentielle française concernant le cannabis? (Source: Pixabay/Pixabay)

(In English) (En Español)

Les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle française, venant de tous bords politiques, proposent chacun différentes approches quant à la question de la légalisation du cannabis.

C'est en avril que les électeurs voteront pour élire le successeur de François Hollande, lequel a décidé de ne pas se présenter pour un second mandat. Les cinq principaux candidats ont exprimé leurs points de vue sur la prohibition du cannabis, un sujet qui ne fait pas partie de ceux traditionnellement évoqués sur la scène politique française.

La France est l'un des pays de l'Union Européenne dont les lois concernant le cannabis sont les plus répressives selon l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). La possession de cannabis, même pour consommation personnelle, peut valoir jusqu'à 10 ans de prison ou une amende qui peut atteindre les 7,5 millions d'euros.

Malgré cette approche répressive, la consommation de cannabis reste très rependue en France. Environ 550 000 personnes (soit 1,5 % des 15-64 ans) consomment du cannabis au quotidien selon le think tank français Terra Nova, orienté à  gauche.

Presque la moitié des Français se disent en faveur d'une certaine légalisation du cannabis, et 84 % d'entre eux pensent que la politique actuelle est inefficace pour « limiter le trafic et la consommation de cannabis », selon un sondage Ipsos en 2016.

Étant donné le retrait de François Hollande, la France élira-t-elle un président qui osera bousculer le statu quo à propos du cannabis ?

Voici ce que les cinq favoris à l'élection proposent:

 

François Fillon

François Fillon

François Fillon est le candidat du parti de droite (Les Républicains), et semble être en faveur du maintient du status quo concernant le cannabis.

Lors d'une intervention télévisuelle au début du mois de janvier, Fillon, Premier Ministre de 2007 à 2012, a assuré qu'il était « contre la dépénalisation ou libéralisation ».

Tout en admettant que la politique française n'était « pas forcément la meilleure », il a affirmé que celle « conduite dans d'autres pays qui ont dépénalisé le cannabis n'a pas les résultats qu'on veut bien lui donner ».

« Aux Pays-Bas [où sa possession et sa consommation sont dépénalisées], la question fait débat », a-t-il ajouté, « on ne peut pas dire que là où c'est dépénalisé il y a moins de consommateurs. »

Selon les données de l'OEDT, 11,1 % des Français avouent avoir consommé du cannabis l'année dernière, contre 7,7 % pour les Néerlandais.

 

Benoît Hamon

Benoît Hamon

Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste, a fait tomber de nouvelles barrières dans la politique française conventionnelle en prônant la régulation légale du cannabis et en qualifiant d'« hypocrite » sa prohibition.

Hamon, qui vient du même parti que le Président Hollande, a déploré les « 568 millions d'euros annuels » alloués à la suppression du cannabis, selon une estimation de Terra Nova à propos des dépenses publiques. Il a appelé à ce que cet argent soit redistribué dans « la prévention et

[la diffusion] d'informations sur les risques associés à la consommation de cannabis ».

Hamon pense que la prohibition a fait du cannabis une menace pour l'essence-même de la France : « Si on ne casse pas ces économies parallèles, nous ne reprendrons pas la main sur ces territoires. Si on veut ramener la République, il faut en passer par là. »

Hamon préconise une régulation légale du marché du cannabis afin de « tarir l'économie souterraine et les violences ».

 

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, fondateur du mouvement En Marche ! et candidat à la présidentielle, est favorable à la dépénalisation de la possession en petite quantité de cannabis, afin d'alléger la pression qui pèse sur les épaules du système judiciaire français.

Il n'a pas donné de détails explicites quant à sa légalisation complète mais semble ouvert à la question.

Lors d'une interview donnée en septembre, il a admit que la prohibition du cannabis posait « un problème de sécurité » en corrélation avec la délinquance dans les zones défavorisées et le financement du crime organisé. Il a affirmé que la régulation légale du cannabis pourrait être « efficace ».

 

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon est le candidat et fondateur de La France insoumise, un mouvement collectif citoyen.

Mélenchon appelle à la légalisation du cannabis pour que le gouvernement puisse avoir la main sur la régulation de la drogue et en réduire ses conséquences néfastes.

« Je veux qu’on puisse faire campagne contre l’usage du cannabis, dit-il, et pour ça il faut le légaliser. Ce qui est hypocrite, c’est de dire on interdit alors on sait que tout le monde fume. »

Sur son blog personnel, Mélenchon écrit que « la prohibition n’est pas la solution pour contrôler les risques » du cannabis, soulignant le fait que son interdiction totale a échoué à faire réduire sa consommation.

 

Marine Le Pen

Marine Le Pen

Marine Le Pen, présidente du Front National, parti d'extrême droite, a toujours été farouchement opposée à une réforme de la législation française concernant le cannabis.

La candidate populiste, déjà attendue au second tour de l'élection présidentielle, a fait des déclarations fermes quant à la politique menée par rapport à la drogue en soutenant une approche encore plus prohibitionniste.

« La France a perdu la guerre contre la drogue pour une raison simple, c'est qu'elle ne l'a jamais menée », a-t-elle affirmé lors d'une interview en 2011, après avoir qualifié la dépénalisation du cannabis « [d']idée profondément dangereuse ».

Lors d'une conférence de presse en 2012, Le Pen s'est fermement opposée à toute réforme touchant au cannabis, assurant que cette drogue était devenue encore plus dangereuse avec le temps, avec de potentiels « effets dévastateurs sur la santé et le comportement ».

« Fumer un joint aujourd'hui, c'est fumer au moins cinq joints d'il y a trente ans », dénonce-t-elle sur le site du parti, sans pour autant être citée.

En octobre 2016, son directeur de campagne, David Rachline a affirmé que le choix de son opposant socialiste, Benoît Hamon, de soutenir la légalisation du cannabis était « complètement délirant ».