Une Amérique polarisée unie autour du cannabis

Aux États-Unis, la campagne des élections de mi-mandat bat son plein dans une ambiance tendue. Un point cependant rassemble au-delà des clivages politiques : la réforme des lois entourant le cannabis.

Le 6 novembre, les électeurs américains sont appelés aux urnes pour les élections de mi-mandat afin d'élire leurs représentants au Sénat et à la Chambre des représentants. Parallèlement, de nombreux votants vont être appelés à se prononcer sur le futur du cannabis dans leurs états respectifs. Les habitants du Michigan ou du Dakota du Nord devront par exemple se prononcer sur la légalité de l'usage non-médical ou « récréatif » du cannabis, tandis que les électeurs de l'Utah et du Missouri devront décider de sa légalisation pour le seul usage médical.

Fait notable : en 2016, ces quatre états ont été décisifs à l'élection de Donald Trump, faisant ainsi mentir la notion qui voudrait que la légalisation du cannabis soit uniquement parmi les préoccupations de l'aile gauche du parti Démocrate.

Alors que le débat public américain est devenu ces dernières années de plus en plus polarisé, la réforme des lois entourant le cannabis apparaît comme l'un des sujets les moins clivant. Selon un récent sondage réalisé par Gallup, parmi une série de points polémiques présentés aux personnes interrogées, la légalisation du cannabis est le seul pour lequel plus de la moitié des Républicains et des Démocrates s'est montré favorable.

Selon ce sondage, près de deux américains sur trois seraient favorables à la légalisation du cannabis à usage récréatif, et plus de 80% à sa légalisation pour usage thérapeutique. A l'heure qu'il est la production et l'usage récréatif de la plante sont autorisés dans neuf états, ainsi qu'à Washington D.C.

Les scrutins locaux quand aux lois sur le cannabis, dont ceux à venir en novembre prochain, découlent en grande partie d'initiatives populaires et citoyennes couronnées de succès. L'intérêt et l'engagement sensible du public autour de ces questions témoignent d'une tolérance de plus en plus grande de la société quand à l'usage du cannabis, et d'une opposition marquée aux lois fédérales imposant son interdiction.

En ce sens, ce changement perceptible au sein de l'opinion semble se répercuter auprès des décisionnaires démocrates et républicains.

Dans l'Utah, état marqué depuis un demi-siècle par son soutien indéfectible aux candidats républicains lors des élections présidentielles, l’Église mormone a récemment rejoint le gouverneur et plusieurs législateurs influents dans leur soutien à la réforme des lois entourant la légalité de l'usage du cannabis. Jack Gerard, membre haut placé de l’Église, a annoncé publiquement à quel point sa communauté était fière de pouvoir « alléger la douleur et les souffrances humaines »

Alors que le Canada acte au 17 octobre 2018 la légalisation du cannabis à usage récréatif et que le président désigné du Mexique s'est montré favorable à de telles réformes pour son propre pays, un virage continental pour toute l'Amérique du Nord apparaît aujourd'hui envisageable. Les mouvements réformistes à travers le monde pourrait s'en trouver profondément transformés.