1. Accueil
  2. Articles
  3. Au Canada, la lutte pour les clubs de compassion fait rage devant les tribunaux

Au Canada, la lutte pour les clubs de compassion fait rage devant les tribunaux

Rassemblement pour DULF, Vancouver, Colombie-Britannique. Photo de : Jackie Dives (@jackiedivesphoto)

Une décision prochaine de la Cour fédérale du Canada pourrait avoir un impact radical sur les lois antidrogues du pays.

En 2021, le Drug User Liberation Front (DULF) et le Vancouver Area Network of Drug Users (VANDU) ont déposé une demande exemption aux prohibitionnistes du Canada Loi réglementant certaines drogues et autres substances (CDSA) pour créer un club de compassion, où ils pourraient tester et étiqueter les substances illicites que les gens utilisent avant de les distribuer à ses membres. 

En 2022, après 10 mois En raison de l'inaction bureaucratique, le gouvernement canadien a rejeté la demande. VANDU et DULF ont rapidement déposé une demande révision judiciaire de la décision du Canada.

Les 7 et 8 mars 2024, les deux groupes ont enfin eu leur journée à court. Même si les audiences sont terminées, la décision du tribunal pourrait prendre des mois.

 

Des clubs de compassion pour sauver des vies

La Colombie-Britannique (BC), où se trouvent VANDU et DULF, est l'épicentre de la crise des intoxications médicamenteuses au Canada. Au moment de leur demande de dérogation, 8,000 Des personnes ont été tuées directement par l’offre non réglementée de drogues depuis qu’elle a été déclarée urgence de santé publique en 2016. Depuis lors, de nouveaux 5,000 des vies ont été perdues. 

Malgré l’absence d’autorisation, DULF et VANDU savaient qu’un approvisionnement réglementé en médicaments était nécessaire pour sauver des vies. Ils ont dirigé le club de compassion pendant environ un an jusqu'à ce qu'il soit perquisitionné et fermé par le Service de police de Vancouver en Octobre 2023. Recherche évaluée par des pairs Les résultats du club, publiés peu après sa fermeture, ont révélé que le club bénéficiait massivement à ses membres et à leur communauté – pas un seul membre n'est mort. La participation des gens au club de compassion réduisait statistiquement leurs risques de surdose, une intervention nécessaire lorsque sept personnes meurent par jour.

Le modèle du club de compassion semble également être soutenu par le « Death Review Panel » du gouvernement local, qui a enquêté sur les décès par intoxication médicamenteuse en Colombie-Britannique. Le principal objectif du Groupe recommandation était pour le gouvernement de renforcer de toute urgence l'accès non médical à un approvisionnement réglementé afin de réduire les décès en demandant un CDSA exemption. Cela permettrait essentiellement de gérer un programme similaire au club de compassion du DULF. Toutefois, le gouvernement a rejeté la recommandation du Groupe le jour même où elle a été reçu.

Dans un communiqué de presse publié sur l’affaire, Howard Calpas, ancien membre du club de compassion DULF, a déclaré que le rejet de l’exemption « était un non-sens ». 

«J'étais tellement déçu. Des gens meurent. Je déteste le fait que chaque semaine, j'apprends qu'une autre personne que je connais est décédée. Ce ne sont pas les drogues qui sont le problème, ce sont les drogues contaminées qui sont le problème – c'est ce qui cause ce chagrin », a-t-il ajouté.

 

La source: Marc Knobil

Cadre de contrôle judiciaire

Pour obtenir gain de cause, l'équipe juridique de DULF doit prouver que la décision du Canada était « déraisonnable ». Les tribunaux ont longuement écrit sur ce que signifie le « caractère raisonnable » en matière de contrôle judiciaire, plus récemment dans 2019 (Vavilov) et 2023 (Maçon). Cette norme est utilisée pour évaluer si les bureaucrates gouvernementaux « tiennent compte de manière significative des questions et préoccupations centrales » des demandes lorsqu'ils refusent, comme ils l'ont fait contre DULF et VANDU.

Le tribunal peut désormais décider de confirmer le rejet du Canada, ou dire au Canada qu'il doit réexaminer la demande d'exemption (avec différents niveaux d'orientation de la part du tribunal) ; ou "mandamus», une situation rare où le tribunal donne mandat au gouvernement d’approuver la demande d’exemption.

L'équipe juridique de DULF et de VANDU a fait valoir que la décision du gouvernement canadien devrait être annulée parce qu'elle n'a pas pris en compte de manière significative le contexte, les faits et Affrètement droits.

 

Contexte juridique : droit constitutionnel à la sécurité de la personne

Section 7 du droit constitutionnel du Canada Affrètement stipule que « toute personne a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne ». En théorie, ce droit protège les citoyens du Canada contre les actions gouvernementales qui mettent en danger leur santé ou leur bien-être.

En 2011, la Cour suprême du Canada a conclu que le gouvernement ne pouvait pas fermer À l'intérieur – le premier site d'injection autorisé en Amérique du Nord – parce qu'il violait les droits des personnes garantis par l'article 7.

La demande initiale de DULF et de VANDU indiquait que l'exemption devrait être approuvée en raison de leurs droits en vertu de l'article 7. Cependant, lorsque le Canada a émis son rejet, ces droits n'ont pas été mentionnés ; cela pourrait signifier les gens Affrètement les droits n’ont pas été pris en compte.

Devant le tribunal, le Canada a répondu que sa décision implicitement a considéré ces droits en reconnaissant les pertes massives de vies humaines associées aux drogues toxiques. 

Le Canada a en outre déclaré que l'article 7 ne s'applique que lorsque le gouvernement est activement mettant en danger la santé et la sécurité, et que leur rejet ne fait que maintenir le statu quo.

Cette position est difficile à accepter lorsque le statu quo implique d’accepter que sept personnes meurent chaque jour à cause d’un approvisionnement en médicaments toxiques, alors qu’il existe des interventions éprouvées qui peuvent sauver des vies.

 

La First United Church a utilisé son panneau d'affichage pour plaider en faveur du maintien d'Insite en 2008.
La source: Mike W.

 

Contexte factuel : craintes indéfinies concernant la criminalité sur le darknet

Lorsque le Canada a rejeté la demande de DULF et de VANDU, leur principale préoccupation était que le modèle exigeait l'obtention de médicaments via des sources du « dark net ». 

DULF et VANDU ont précisé à plusieurs reprises, y compris dans leur candidature initiale, que l'approvisionnement sur le dark net était la seule option disponible, mais leur objectif à long terme est d'obtenir des substances via des sources autorisées – ce qui est rendu possible grâce à un CDSA exemption.

Que le Canada accorde ou refuse l’exemption, les médicaments seraient toujours achetés auprès de sources éventuellement liées à «crime organisé» (légalement défini comme un groupe de trois personnes ou plus impliquées dans une activité illégale) en raison de leur criminalisation continue. Le club de compassion n'augmenterait pas la consommation globale de substances illégales, puisque les membres du club consomment déjà des drogues. 

Le Canada a déclaré que ses arguments sous-estimaient la gravité des activités illégales, même s'il a reconnu que les politiques de guerre contre la drogue causaient du tort. Néanmoins, le gouvernement ne peut pas adopter une approche selon laquelle « la fin justifie les moyens » lorsqu’il s’agit d’activités criminelles, ont-ils ajouté. Cependant, l'équipe juridique a répondu que cela is le niveau d’analyse requis en vertu de la section 7. 

L’article 7 empêche les bureaucrates de prendre des décisions lorsque le but de leur décision (c’est-à-dire condamner la criminalité sur le dark net) est contrebalancé par l’impact qu’aura la décision (c’est-à-dire les surdoses et autres dommages mortels causés par l’approvisionnement en drogues toxiques). 

Compte tenu du contexte d’urgence de santé publique caractérisé par une mortalité massive, le fait que le gouvernement ne veuille pas risquer de se salir un peu les mains n’est pas une justification raisonnable.

 

Contentieux par des détails techniques

Le droit administratif canadien et ses processus ont tendance à transformer des sujets qui changent la vie en débats techniques. Lors de l'audience de contrôle judiciaire de DULF et VANDU, cela était pleinement visible : alors que de nombreux rapports de recherche étaient référencés en notes de bas de page dans les soumissions initiales, le Canada a soutenu que seules les preuves démontrant qu'ils avaient cliqué sur devrait être considéré. 

Cette omission a cependant été contestée par le juge de la Cour fédérale et, après quelques débats juridiques, il a finalement déclaré que la position du Canada allait à l'encontre de l'esprit du contrôle judiciaire.

Ce moment fait écho aux paroles de Cindy Blackstock, qui a dirigé une procès en 2016 contre le Canada pour le sous-financement systématique des programmes destinés aux enfants et aux familles autochtones. Elle reflété qu'« il est devenu clair que le Canada allait plaider l'affaire sur des aspects techniques juridiques, au lieu de s'attaquer directement à la question factuelle » de l'affaire. 

Bien qu’il s’agisse d’une norme de notre système juridique, cela constitue un rappel inquiétant des limites bureaucratiques auxquelles les tribunaux sont confrontés lorsqu’ils font face à des crises urgentes.

 

Photo du centre-ville de Vancouver, Canada. Source: Garçon solitaire

 

Réguler l'approvisionnement avant de mourir

Rien qu’en Colombie-Britannique, on estime 225,000 les personnes qui consomment des drogues provenant du marché illicite et non réglementé. Cela représente environ 5 % de la population adulte, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne.

w le moyenne globale de 5.5%. Le modèle proposé par DULF et VANDU a perturbé l'approvisionnement en drogues toxiques qui tuent sept Canadiens par jour. 

Comme l'a déclaré Nicole Luongo, coordonnatrice du changement systémique à la Coalition canadienne des politiques sur les drogues dans un communiqué de presse, « le club de compassion DULF est une réponse communautaire à une crise évitable. Il s’appuie sur une tradition longue et diversifiée d’organisation par le bas. 

"L'action directe du DULF pour prévenir les décès par surdose sera confirmée par l'histoire", échoué Aaron Bailey, membre du réseau DULF. « Autrefois, des activités illégales comme l’échange de seringues, les sites de consommation sans risque, le détournement de naloxone et les clubs d’acheteurs de médicaments contre le VIH et le SIDA étaient également nées d’urgences de santé publique. »

L'équipe juridique de DULF et de VANDU a présenté des arguments solides pour affirmer que le rejet de l'exemption était déraisonnable. Nous gardons espoir que leur demande sera renvoyée au gouvernement pour réexamen, à tout le moins.

D'après notre évaluation, le modèle de gestion communautaire de DULF et VANDU clubs de compassion mérite une exemption urgente. Et même si l’issue finale n’est pas garantie, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir que cette crise soit prise au sérieux. 

Que les tribunaux obligent ou non le gouvernement à reconsidérer cette affaire, la réduction des stocks de poisons ne peut pas se produire assez tôt – en particulier pour les sept personnes qui mourront demain.

Tableau publié par le Bureau du coroner de la Colombie-Britannique
Article précédent
Algospeak et les conséquences de la modération du contenu sur la réduction des méfaits
PRO SUIVANT
3MMC : qu’est-ce que c’est et principaux conseils pour réduire les méfaits

contenu connexe