1. Accueil
  2. Articles
  3. Trouver la normale : amplificateurs cognitifs et hyperproductivité

Trouver la normale : amplificateurs cognitifs et hyperproductivité

Au cours des deux dernières décennies, l'utilisation de médicaments stimulants sur ordonnance (tels que le méthylphénidate, le modafinil, les sels d'amphétamine, entre autres) comme amplificateurs cognitifs améliorer les performances dans les études et/ou au travail a suscité un intérêt considérable dans le monde entier. Les chercheurs se sont largement attachés à tenter d’établir la prévalence de telles pratiques et à débattre de leurs implications éthiques. Il s’agit d’un défi délicat et nuancé.

Bien que les experts et les médias aient propagé la notion de dopage cérébral comme un phénomène répandu, il n'y a aucune preuve concluante pour étayer cette affirmation. Dans 111 études individuelles révisées en 2020, les estimations de la prévalence de l'usage non médical de stimulants sur ordonnance variaient entre 2.1 % et 58.7 %, en raison de différences méthodologiques et conceptuelles entre les études individuelles.

À leur tour, les éthiciens ont soulevé des questions telles que : dans quelles occasions les avantages l’emportent-ils sur les risques ? Si ces médicaments fonctionnent réellement avec des risques minimes, ne devrions-nous pas en permettre l’accès à quiconque souhaite les utiliser ? Et si les gens étaient contraints de consommer ces substances afin de rivaliser avec la concurrence ? Ces questions sont pertinentes pour la prise de décision individuelle et collective et ont un impact potentiel énorme en fonction des réponses que nous apporterons dans les années à venir.

Néanmoins, le tableau reste incomplet si l’on ne discute pas en premier lieu des raisons pour lesquelles ces médicaments sont devenus une option attrayante. Les amplificateurs cognitifs incarnent les attentes, les frustrations, les demandes et les rêves de leurs consommateurs, ce qui ajoute une composante irrationnelle à la décision de les consommer. Si nous ne prenons pas en compte cet aspect, non seulement nous ne nous attaquerons pas à l’usage problématique, mais nous risquons également de contribuer à son incompréhension. Par conséquent, se pencher sur la dynamique travail/études actuellement en place peut aider à faire la lumière sur le contexte de l’amélioration cognitive.

 

Romantiser de longues heures

De 2019 à 2021, je interviewé 15 personnes en Uruguay ayant utilisé des stimulants sur ordonnance pour améliorer leurs capacités cognitives, concernant leurs expériences, leurs motivations et leurs opinions. Mes recherches suggèrent que l’utilisation d’amplificateurs cognitifs est invariablement liée à une quête de productivité.

Pour certaines personnes, il peut s’agir d’avoir besoin de plus d’énergie pour rester éveillées la nuit précédant un examen important pour étudier – ce qui indique que le sommeil, un besoin fondamental, peut parfois être un obstacle à la réussite scolaire. Comme l'a posé une personne interrogée :

« Dans mon esprit, étudier passait avant tout. (…) Je ne savais pas ce qui allait m'arriver, mais si le [modafinil] allait m'empêcher de dormir pour réussir l'examen, très bien. C’était ce dont j’avais besoin.

Pour d’autres, il s’agit de s’adapter à un environnement professionnel exigeant. En ce sens, un étudiant en médecine a rappelé que dans sa région « il y a une romantisation du 'eh bien, j'ai un dimanche de congé dans le mois' qui finit par conduire, comme dans le reste de la population, à la toxicomanie. »

D’où vient la nécessité de travailler de longues heures ? Les personnes interrogées ont suggéré que le patron classique et arrogant n’est plus nécessaire. Au lieu de cela, reconnaissant une « romantisation » de la productivité, ils indiquent que les longues heures de travail sont auto-imposées de manière subtile, vêtues d’un vêtement néolibéral de « choix personnel » qui donne l’impression qu’elles viennent « de l’intérieur ». Comme l'a noté Deleuze, les techniques disciplinaires ont perdu de la place au profit du marketing et de la motivation. "Trouvez un travail que vous aimez et vous n'aurez jamais à travailler un seul jour", comme le résument les gourous du style de vie. C'est à nous de découvrir ce pour quoi nous sommes faits pour servir.

 

Qu'est-ce que cela signifie d'être humain

L’utilisation d’amplificateurs cognitifs soulève également des réflexions sur ce que signifie être humain de nos jours et sur ce qui nous pousse à dépasser nos limites naturelles. Que peut-on raisonnablement attendre de soi-même et où commencent les revendications de superpuissances ? Je pense que cette question peut être divisée en deux.

Premièrement : d’où viennent les demandes de superpuissances ? Je pense que l'armée est un endroit raisonnable à considérer. Non seulement la propagande des guerres mondiales dépeignait les soldats comme des super-héros, mais les soldats (puis et aujourd'hui) utilisent également largement des stimulants pour améliorer leurs capacités. Notre obsession pour les super-héros et le dépassement des limites humaines est fermement ancrée dans le monde entier – le succès mondial des films Marvel en témoigne.

L’imaginaire des super-héros a survécu bien au-delà de la fin de la guerre, alors qu’une grande partie de son jargon a « envahi » nos vies ; le film Sans limite présente une épopée héroïque utilisant des amplificateurs cognitifs pour « combattre » la « bataille » de nos existences ordinaires au travail.

Deuxièmement : existe-t-il une « essence humaine » ? Les posthumanistes ont abordé « l’humain » comme un cadre ouvert, le reconnaissant comme une notion culturelle et historique constamment redéfinie par la science et la technologie. En ce sens, l’utilisation d’amplificateurs cognitifs comme moyen de répondre aux exigences culturelles pourrait remodeler notre compréhension des capacités humaines, transformant les notions sur ce qu’est un « humain normal ». Par exemple, une personne interrogée lors de mon enquête sur le terrain a affirmé que le stimulant lui permettait de travailler 12 heures, d'étudier et de pouvoir ensuite sortir avec des amis. Être capable de faire tout cela lui a permis de se sentir normal, a-t-il déclaré.

Considérer l’humain comme un cadre ouvert nous éloigne de la question de savoir si nous devons ou non nous améliorer. En fait, essayer de nous améliorer est peut-être ce que nous faisons tous depuis toujours. Cependant, cela pourrait par inadvertance normaliser des états irréalistes d’hyperproductivité, où l’utilisation d’amplificateurs cognitifs et d’autres stimulants permet cette réalité. Est-ce une voie durable sur laquelle nous nous engageons ? Si ce n’est pas le cas, les médicaments sont-ils les seuls à blâmer ?

 

Retrouver la normale

En supposant que tout le monde n’ait pas besoin de gérer une charge de travail aussi exigeante pour se sentir normal, alors comment peut-on se sentir normal ? Et comment le corps devient-il un instrument pour cela ? Je me souviens des explorations de la subjectivité par Biehl, Goodman et Kleinman, qui soutiennent que le corps est toujours plus et moins que ce qu'il semble être. Nous pouvons continuellement apprendre et réapprendre à vivre avec et autant à travers notre corps, dans ses différents états de santé et de maladie, de jeunesse et de vieillesse, d'ennui et de traumatisme, de routine et d'instabilité. Réapprendre à vivre avec notre corps dans différents états et capacités nous aidera à mieux comprendre nos limites, quand il faut les repousser, et comment celles-ci évoluent constamment au fil du temps.

Article précédent
Deux ans plus tard, les marchés de la drogue en Ukraine continuent d'évoluer
PRO SUIVANT
Algospeak et les conséquences de la modération du contenu sur la réduction des méfaits

contenu connexe