1. Accueil
  2. Articles
  3. Sommes-nous dans un apartheid contre la drogue ?

Sommes-nous dans un apartheid contre la drogue ?

La légalité des drogues évolue sous nos yeux. Nouvelle-Zélande essayé pour interdire aux jeunes d'acheter légalement des cigarettes, tandis que le Royaume-Uni interdit la possession de protoxyde d’azote. La Thaïlande pourrait recriminaliser le cannabis après du mal à contrôler son marché libre, tandis que les Pays-Bas est en train de piloter le premier programme européen sur le cannabis récréatif. Mais il peut être difficile d’identifier ce qui motive de tels changements dans les lois sur les drogues et quelle est leur importance.

Dans cet article, nous proposons « l’apartheid contre la drogue » comme cadre théorique pour contextualiser comment et pourquoi les politiques en matière de drogue existent et émergent. Pourquoi, en tant que société mondiale, avons-nous des politiques en matière de drogues étonnamment similaires, où certaines drogues sont commercialisées librement tandis que d’autres sont strictement interdites ? Les récentes réformes de la politique en matière de drogue remettent-elles en cause ce modèle ?

 

Qu’est-ce qu’un apartheid médicamenteux ?

Nous définissons l’apartheid antidrogue comme un système d’inclusion et d’exclusion qui crée une hiérarchie arbitraire de consommation de substances, privilégiant certaines drogues, leurs fabricants et consommateurs tout en séparant, criminalisant et punissant les autres. Il s'agit d'un processus lié au émergence et établissement du capitalisme dont les origines remontent au colonialisme, à l'empire, à l'esclavage, à l'exploitation, ainsi qu'à l’avancement du capitalisme de consommation mondial.

Le système mondial de prohibition des drogues est historiquement lié au fait que les sociétés commerciales occidentales utilisent la force militaire, le nettoyage ethnique et le travail sous contrat pour ouvrir les marchés internationaux de la drogue. Ce processus a créé une distinction entre l'offre de drogues licites et l'offre criminelle illicite, même si les entreprises et les gouvernements légitimes participent aux mêmes entreprises que ceux employés par les entrepreneurs du marché noir d'aujourd'hui.

La façon dont nous en sommes donc arrivés à définir quels médicaments, fabricants, fournisseurs et utilisateurs sont illégitimes et nocifs, et lesquels ne le sont pas, n’est pas fondée sur la raison ou la rationalité. Elle est motivée par les préjugés et la rentabilité. En tant que tel, tout examen scientifique des « médicaments » souligne à quel point le statut illégal de certaines substances est illogique et à quel point la promotion actuelle de substances légales est erronée.

L'apartheid contre la drogue que nous vivons aujourd'hui a été renforcé par la « guerre contre la drogue » de Nixon. Dès le début, ce terme était contradictoire : il n’y a jamais eu de guerre contre la drogue, seulement une guerre contre certaines drogues, essayant de manière irrationnelle et incohérente de les éradiquer.

Plus précisément, il s'agit d'un « guerre entre drogues » : un système d’apartheid antidrogue qui autorise l’usage de certaines substances tout en en interdisant d’autres. Il s’agit d’un système corrompu qui a plus à voir avec le contrôle des consommateurs de drogues qu’avec les risques posés par les drogues elles-mêmes.

La diabolisation de certaines drogues non seulement exacerbe la misère humaine, mais empêche également les discussions sur le statut social et juridique des drogues. En ce sens, l’apartheid antidrogue considère les lois sur les drogues comme des outils idéologiques par lesquels les normes morales, politiques et économiques dominantes sont appliquées, renforçant les relations de pouvoir sous-jacentes qui criminalisent et marginalisent certains groupes de la société – principalement les pauvres, les noirs et les personnes de couleur, qu’ils consomment ou non des drogues. ou non.

 

Les conséquences d’un apartheid médicamenteux

La réponse mondiale aux drogues dépend donc davantage de la personne qui fabrique ou utilise une substance que de la toxicité inhérente ou des risques qui y sont associés. Cela signifie que les politiques en matière de drogues, censées réduire les méfaits liés à la drogue, finissent par les renforcer. Cela se produit de deux manières principales.

Premièrement, ils légitiment des tactiques violentes et néfastes. La guerre contre la drogue vise, par définition, à éradiquer une substance par des moyens militaires. L’apartheid antidrogue présente à la fois la consommation de drogues illégales et leurs utilisateurs comme dangereux, nécessitant leur annihilation ou leur domination. Ce faisant, il accuse les groupes minoritaires d’être à l’origine des méfaits liés à la drogue, justifiant ainsi la nécessité d’un appareil d’État violent pour contrôler ceux qui consomment, fabriquent et vendent des drogues illégales. À travers le racisme, le colonialisme et la guerre des classes, ces groupes supporter le poids de la violence de la guerre contre la drogue, car ils ont été délibérément ciblés comme responsables des méfaits liés à la drogue.

Deuxièmement, l’apartheid lié à la drogue crée un écran de fumée pour dissimuler les méfaits les plus répandus liés à la drogue, ceux provoqués principalement par des substances légales et socialement acceptées. Ce processus cache l’ensemble des méfaits, en particulier ceux associés au sucre, aux médicaments, à l’alcool et au tabac. Ainsi, alors que les sociétés pharmaceutiques, l'industrie de l'alcool, du tabac et de la caféine, ainsi que les fabricants de produits alimentaires et de boissons qui chargent leurs produits avec du sucre, sont à l'origine de la plus grande proportion de méfaits liés à la drogue (de l’obésité à la carie dentaire, en passant par la perte de sommeil, les maladies du foie et le cancer), leurs métiers se déroulent avec peu ou pas de violence d’État, opérant (pour le meilleur ou pour le pire) principalement par l’autorégulation.

Il est important de noter que l’apartheid lié à la drogue définit ce que la société considère comme des personnes qui consomment des « drogues » et ce que nous entendons par méfaits liés à la drogue : cela masque la réalité que nous sommes. TOUTE les consommateurs de drogues et que les méfaits les plus importants liés à la drogue proviennent en réalité de substances culturellement adaptées, intégrées et promues. Tous connaissent des coûts liés à la drogue à un moment de leur vie, mais une minorité d'entre eux sont liés aux drogues illégales, dont les méfaits sont exacerbés par leur criminalisation.

 

Au-delà de l’apartheid lié à la drogue

Même si certains pays ont libéralisé leur politique en matière de drogue, l’apartheid reste la norme.

Les marchés légaux des drogues se réinventent continuellement : tandis que les lois sur le tabac se durcissent, de nouveaux marchés apparaissent. On l'a vu avec le vapotage, où produits relativement peu réglementés ciblent souvent jeunes. Même si le renforcement des lois sur le tabac renforce l’idée selon laquelle les politiques en matière de drogues protègent la société, elles pourraient simplement déplacer les méfaits de la drogue ailleurs. L’apartheid médicamenteux se modernise, s'affine et s'entretient.

L’« assouplissement » des lois sur le cannabis – que ce soit par la décriminalisation ou la réglementation – devrait également être analysé dans le cadre de l’apartheid antidrogue. Plusieurs juridictions dans le monde ont soit décriminalisé possession de cannabis ou l’a intégré à d’autres drogues légalement privilégiées en tant que produit nouvellement marchandisé.

Pourtant, nous devrions nous demander si cela représente un affaiblissement de l’apartheid antidrogue, ou simplement la métamorphose de la prohibition, où l’apparence d’un changement progressif de politique en matière de drogues est créée, mais dont la logique sous-jacente et les résultats restent inchangés.

La réforme du cannabis a été principalement menée par les de la rentabilité plutôt que l'accès des patients, injustices historiques ou les droits de l'homme. Peu ou pas de réformes autour de l’équité sociale ou de la réparation des dommages historiques ont été entreprises. Les réformes sur le cannabis se sont également déroulées dans le vide, avec peu de changements dans la légalité des autres substances ; ce qui signifie que l’apartheid lié à la drogue continue.

Même si de telles réformes peuvent représenter la première étape vers le démantèlement du modèle prohibitionniste défectueux, une réforme sélective de certaines drogues sans critiquer le système prohibitionniste défaillant peut générer résultats contre-productifs et réformes non réformistes.

 

Échapper au fantôme de la prohibition

Les juridictions où la décriminalisation et la légalisation ont été introduites restent hantées par le les fantômes de la prohibition. Au Canada, où le cannabis est légal et certaines drogues décriminalisées, nous continuons de voir groupes autochtones incarcérés de manière disproportionnée. Le système de décriminalisation australien pourrait en fait augmenter le nombre de personnes qui consomment des drogues en contact formel avec le système de justice pénale. Même le modèle portugais de décriminalisation de la possession de toutes les drogues a eu du mal à éradiquer la stigmatisation liée à la consommation de drogues. ça se voit encore comme un crime ou une pathologie.

Dans le même temps, les réformes des politiques en matière de drogues sont évaluées à travers les taux de consommation de drogues, de décès liés à la drogue, de dépendance, de maladie, de criminalité et de délits de conduite automobile. Les mesures mêmes utilisées pour calculer l’efficacité sont fondées sur la prohibition et liées à l’apartheid médicamenteux.

Les problèmes des marchés de la drogue ne peut pas être résolu sans abolir l’apartheid de la drogue et le monde prohibitionniste qu’il entretient. Tant que la dichotomie arbitraire entre drogues privilégiées et drogues interdites ne sera pas éliminée, les méfaits associés aux drogues licites et illégales resteront irréparables.

Jusqu’à ce que nous reconstruisions notre compréhension des « drogues » aux niveaux social, juridique et politique, avec la conviction que toutes les drogues sont des drogues et que nous sommes tous des consommateurs de drogue, nous permettrons à ceux qui disposent des moyens de production de profiter tout en détournant les méfaits inhérents du capitalisme sur les pratiques de consommation d’une petite minorité. Ce faisant, nous continuerons d’aggraver les préjudices subis par tout le monde en société.

Article précédent
Les drogués n'existent pas
PRO SUIVANT
Changement géopolitique : comment la production de cocaïne s'installe en Europe

contenu connexe